Comment savoir si son enfant est accro aux jeux vidéos?

La dépendance aux jeux vidéo est un trouble psychologique qui caractérise le besoin accablant et envahissant de jouer à des jeux vidéo. On parle de dépendance lorsque le jeu vidéo devient l’objet principal ou unique d’intérêt au détriment d’autres activités (relationnelles, artistiques, académiques, sportives)… Cette dépendance est particulièrement préoccupante à l’adolescence, à un moment important où les jeux et l’apprentissage ne sont pas bien combinés.

Les jeux les plus excitants seraient des jeux de rôle en ligne massivement multijoueurs dans lesquels le joueur vit dans un monde permanent. Ils ont une fonction que vous jouez en ligne – ainsi avec d’autres joueurs l’univers continue à évoluer, même lorsque vous ne jouez pas, le but est simplement de faire progresser votre personnage et de se développer dans ces univers virtuels. Cette caractéristique du jeu, où l’action continue en votre absence, est une véritable addiction !

Différentes façons de consommer les jeux-vidéos

Consommation régulière : Ici, le joueur joue régulièrement, parfois quotidiennement, parfois même quelques heures par jour. Mais sans dépendance à la conduite. Il aime jouer, et les jeux vidéo sont l’un de ses divertissements préférés, comme la télévision, le sport ou la lecture. Cependant, il conserve le contrôle total de ces activités, est capable de s’arrêter rapidement et peut ne pas jouer pendant plusieurs jours à la fois.

Abus ou surconsommation : Quand, combien d’heures de jeu par jour ou par semaine peut-on parler d’abus et de surconsommation ? Il est impossible de répondre quantitativement à cette question. Il n’y a pas de frontière claire entre normalité et excès. Tout le monde a droit aux excès, en particulier les adolescents et les jeunes qui sont les premiers à être exposés aux jeux vidéo. Cependant, passer régulièrement quelques heures par jour, surtout si vous jouez seul, est certainement inquiétant et certainement excessif. Exactement quand il n’y a plus d’échange avec d’autres personnes, vous devriez commencer à vous poser des questions.

Toxicomanie : insistance et insistance sur le jeu, caractérisée par un sentiment de satisfaction pour le plaisir ou pour éliminer l’inconfort.

Il n’y a pas de dépendance physique aux jeux vidéo, contrairement aux drogues comme la nicotine ou l’alcool. En effet, lorsque l’activité cesse, il n’y a pas de syndrome de sevrage. La dépendance physique ne doit pas être confondue avec les déficiences physiques, comme la perte de poids, qui peuvent survenir chez un joueur qui joue tellement qu’il oublie de manger. Ainsi, on peut parler d’une réelle dépendance au jeu vidéo, avec l’émergence d’une dépendance psychologique et la perturbation de l’ensemble du fonctionnement de l’acteur au niveau intellectuel, relationnel, émotionnel, social, académique………………..

Caractéristiques d’un joueur addict aux jeux vidéos

1) Sensibilisation aux risques

Les recherches montrent que les joueurs sont pleinement conscients des risques associés à leurs activités préférées.

Plus de 40% des anciens joueurs semblent croire que leur passion pour les jeux de rôle en ligne a affecté leur vie sociale, et 50% admettent qu’ils réduisent leur temps de sommeil.

2) Critères de dépendance

L’aspect social domine dans la dépendance au jeu :  » Beaucoup de joueurs vivent seuls lorsqu’ils jouent dans la communauté, et parfois le jeu leur apporte les seuls amis qu’ils ont.

Symptômes psychologiques :

– Un sentiment de bien-être ou même d’euphorie à l’ordinateur.

– Défaut d’arrêter les activités

– Passez de plus en plus de temps devant votre ordinateur.

– Négligence de la famille ou des amis

– Le sentiment de vide, de dépression, d’irritabilité quand vous n’êtes pas à l’ordinateur.

– Mentir au travail ou à votre famille au sujet de vos activités

– Problèmes à l’école ou au travail

– Plus de temps a été consacré à jouer, à réfléchir, à planifier de futurs jeux ou à se souvenir de vieux jeux.

– Mauvaise humeur, irritabilité quand on ne peut pas jouer.

– Augmentation du temps passé à jouer dans les moments difficiles.

– Défaut de contrôle de la durée de lecture

– Réduisez le temps passé à jouer en famille ou entre amis.

– Cours à l’école, devoirs qui ne sont plus faits pour jouer aux jeux vidéo.

– Dormir plus tard, sauter des repas et passer moins de temps avec la famille ou les amis pour jouer davantage.

Symptômes physiques

– Douleurs aux mains et aux poignets

– Yeux secs

– Juste une migraine normale.

– maux de dos et de cou

– Alimentation incorrecte, repas manqués.

– Difficultés avec une bonne hygiène

– Troubles du sommeil, changement de cycle de sommeil

3) Le dépistage pour l’identification rapide d’un enfant toxicomane.

– Il joue presque tous les jours ?

– Il joue souvent pendant une longue période de temps : 3-4 heures.

– Il joue pour l’excitation qu’il en retire.

– Il est de mauvaise humeur quand il ne peut pas jouer.

– Il refuse les activités sociales et sportives.

– Il joue au lieu de faire ses devoirs.

– Tentatives de raccourcir son temps de jeu d’échecs –

– Si l’on répond par l’affirmative à plus de quatre de ces questions, l’enfant joue probablement trop et un problème survient.

Prévention et traitement de l’addiction

La prévention exige de l’information.

La Commission interministérielle des affaires familiales (IPPF) a pour mission de mettre en œuvre des politiques familiales spécifiques aux adolescents qui soutiennent, entre autres, les parents des adolescents :

Informer et former les parents sur l’utilisation d’Internet et son utilisation

Établir un dialogue parental sur Internet

Fournir des outils pour un contrôle parental approprié

Contribution à la sécurité Internet

Depuis le début des années 2000, une salle d’attente spéciale pour les personnes souffrant de toxicomanie a été aménagée au Marmottan Medical Center. Dans le cadre de cette consultation, l’hôpital accueille principalement des joueurs et des internautes.